Inscrivez vous à la newsletter

Via Cantine di Mezzo 4,

6815 Melide - Svizzero

Tel: +41 76 316 11 25

Enseignants de l'école de danse

Samah Gayed

Par amour pour son pays d'origine, l'Egypte, elle nous  dévoile l'une des plus anciennes danses du monde: la danse égyptienne. Au cours de toutes ces années, elle a acquis une expérience importante dans l’enseignement et dans la préparation de chorégraphies. Elle a également pu enrichir les spectacles en mettant en pratique ce qu'elle a appris de l'école de théâtre. Dans ses spectacles, elle est auteur et réalisatrice, créant des décors et des dialogues.

 

Réalisant cette activité avec beaucoup d'amour et de passion, elle a expérimenté l'unité entre le corps et l'esprit: la dissolution du corps signifie la dissolution des schémas mentaux et l'apprentissage de nouveaux mouvements correspondant à de nouvelles façons de penser. Tout cela se reflète dans sa méthode d'enseignement.

 

Le but de l'enseignement de cette danse est d'utiliser l'harmonie du mouvement pour faire la paix avec toutes les parties de notre corps.

Gabriella Bosiso

Professeur de danse du Moyen-Orient et folklore égyptien de l'école OneDance de Samah Gayed.


Elle a suivi divers cours de danse depuis son enfance, savourant et expérimentant différents styles.


En 2003, elle se passionne pour la danse orientale et pour la profession de professeur grâce à la formation qu’elle a acquise auprès de professeurs de renommée internationale, italiens et égyptiens.
À partir de 2008, elle a commencé à enseigner et à exprimer sa danse dans de multiples expériences de divertissement.


À partir de 2011, la collaboration avec Samah Gayed, fondatrice et présidente de l'école et de l'association "OneDance", est née.

Nous dansons pour l'Egypte.

Samir Elturky

C'est un jeune Egyptien qui vit et travaille comme percussionniste en Europe et en Égypte.
Il s'est spécialisé dans les instruments de percussion arabes et a débuté sa carrière dans la capitale en se produisant avec divers groupes.
En 2008, il fonde AraBand: en jouant de la musique arabe classique, mais aussi moderne, ce qui implique une variation des instruments et de la formation du groupe. Parmi les instruments que Samir joue, il y a darbuka, tabla, duff, bendir, doholla, djambè, riq et les percussions électroniques.

 

Le sens de la musique pour Samir: "La musique arabe possède un sens unique", comme celle du chanteur préféré de Samir, Mohamed Mounir, qui est un chanteur égyptien surnommé "le roi" qui peut jouer et chanter en même temps. Il a un groupe composé également d’Allemands, de Turcs, de Français, d’Arabes: c'est un facteur qui permet un mélange et une communication continue de sons et d’idées. 

La passion pour la musique et les percussions commence dès son plus jeune âge: "au collège, j'ai choisi l'endroit en fonction du son qui faisait le banc." Au fil du temps, son besoin d'étudier la musique a pris le dessus, pour en connaître les rythmes, sans lesquels il a estimé qu'il ne pouvait pas atteindre un niveau adéquat de professionnalisme.


Et au fil du temps, Samir lui-même a contribué à la diffusion de la connaissance de son art. "Par exemple, pour les percussions, il est fondamental d'expliquer ce qu'est le rythme". Nous partons de la mesure, nous racontons l'histoire de la mélodie et, bien sûr, nous jouons".
Ses maîtres: Maître dit El Master Artiste Ahmed Misirli Maître Khamis Henkesh.

Aujourd'hui en Europe, Samir a le sentiment de réaliser deux objectifs: être un ambassadeur de son art et créer des rencontres et des fusions artistiques.


Samir et sa musique parcourent le monde entre l’Égypte, l’Italie, l’Espagne, la France et la Suisse, parmi les pays où ils ont apporté leur sens artistique. Et ses projets futurs indiquent que le ferment continue ... à la recherche de nouveaux sons.

  • Facebook - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc